Les délices de Saint Lys radio

Jacques est à bord du Gauguin.  Il est parti depuis plus d’un mois pour un voyage de 5 mois autour de Tahiti-Nouméa- Mururoa- Le Vanuatu et je n’ai aucune nouvelles.

« Il vous dit qu’il vous aime!!!! »

Le radio de saint Lys  vient de craquer et excédé jette ses mots sur un ton moqueur. Il a encore une centaine de communications à faire passer et cet échange de « je t’aime » commence à le lasser.

Je regarde le combiné  le cœur gros : la communication avait été mauvaise. Les mots de Jacques étaient hachés, coupés par des grésillements et le souffle d’une tempête.

Quand ma survie dépendait de Saint Lys radio

Je n’arrive pas à quitter ce téléphone devenu désespérément silencieux. Pourtant la fièvre de Marion m’avait donné une bonne raison de faire appel aux service Saint Lys radio, notre unique point de communication.

Saint Lys radio offrait dans ces années l’unique moyen de communiquer avec un marin. Le principe était loin d’être simple : vous téléphoniez au standard basé à Toulouse et un opérateur faisait part de votre demande de communiquer avec Monsieur X basé sur le bateau Y. Après il fallait attendre votre tour coincé à côté du téléphone que le service veuille bien faire le lien. Ce service était utilisé par tous les navires du monde entier. La station assurait des bulletins météorologiques. Elle intervenait lors des naufrages ou lors de  catastrophes internationales ou encore pour des demandes d’aides médicales. Quand le monde n’avait pas trop besoin de ses services, Saint Lys radio acceptait  de mettre en communication les marins avec leur famille.  L’attente pouvait durer 2 heures ou 1 jour ou 2 jours ou 3. Cela dépendait du nombre de demandes, des intempéries, de la position du navire. Parfois le service rappelait en votre absence et vous aviez perdu votre tour. Parfois, il ne rappelait jamais. Autant dire que toute femme de marin apprenait rapidement à gérer seule les problèmes de la famille. Et monsieur avait le devoir d’accepter ses décisions à son retour.

Enfin c’est mon tour

Cette nuit-là, le radio du Gauguin qui navigue dans l’Océan Indien fait appeler Jacques car sa femme va bientôt être en ligne. En France Le radio de Toulouse me réveille pour me dire que le bateau vient enfin d’être atteint. Jacques patiente près du poste en attendant que les échanges précédents se terminent. Il apprend ainsi que madame X a des coliques douloureuses et que cette autre demande le divorce. Dans la marine on apprend à être discret. SI on est obligé d’écouter on n’est pas forcé de retenir. J’attends le cœur battant ; la fièvre de Marion est tombée depuis longtemps mais je vais enfin pouvoir parler avec Jacques.

Madame Le Baron, c’est à vous

Isab……crr ; shh CRR ! SHHHCCRRR § Ca v.. ;crrsh …tempête…
Jacques..crr sh . Marion shh crr sh
Isab… crr ; shh Je …
Ques’ ce que tu dis ?
…tempête Je t’….
Ques’ ce que tu dis ?

Je t’a…

Ques’ ce que tu dis ?

Je t’ai…

Ques’ ce que tu dis ?

« Il vous dit qu’il vous aime ! » 

CLIC . 

La ligne avait été impitoyablement coupée par le radio exaspéré.

3 jours que j’attendais à côté du téléphone refusant toute sortie car Jacques allait m’appeler , 3 jours à bouffer des chips à côté de ce foutu téléphone.

Je maudis quelques jours la tempête et surtout ce radio pressé . J’ignorais à cette époque-là que je serais vengée au-delà de mes attentes et que l’ère du téléphone portable aurait un jour raison de cet âme peu charitable*.

*Saint Lys radio , victime de la technologie a définitivement clos son service en 1998