Mais où est passée la barre-à-mine?

Dans la majorité des jardins  planter un arbre nécessite une pelle et de la terre. Mais pas chez nous. C’eut été bien trop facile. Notre cour après avoir exigé une barre à mine et beaucoup d’énergie nous réserva quelques surprises.

Un arbre de Noël dans notre cour.

Nous avions décidé de planter notre sapin de Noël  dans la cour. Loin d’imaginer les difficultés, nous avions invité des amis à participer à cet évènement festif. Nous voici au travail à dégager les quelques pavés autobloquants. Hélas sous les pavés, il n’y avait point de terre mais ce qui semblait être une dalle bien dure.

    ….La barre à mine s’imposait.

1 coup, 2 coups, 3 coups …  La dalle semblait bien épaisse et bien dure.

1 coup, 2 coups, 3 coups … .Les bras se succédaient et la dalle restait bien  réticente.

1 coup, 2 coups, 3 coups … La progression était lente, le trou se profilait péniblement.

1 coup, 2 coups, 3 coups, on se décourageait quelque peu.

C’est alors qu’à la surprise de tous, la barre à mine s’échappa de la main de celui qui frappait. Elle semblait aspirée par le fond,   happée par le monstre du sous-sol.  Un bruit venu du fond sonna la fin de la chute… Mais où était-elle? Qu’y avait-il sous nos pieds?

Pour certains , nous étions sur un des tunnels qui parcouraient la ville.

Pour les enfants, nous étions au-dessus d’une ancienne prison.

Pour d’autres nous avions dégoté un trésor.

Pour tous, l’événement était très excitant.

Les bras redoublèrent de travail.  Tous nos outils  un tantinet lourds furent promus barres à mines.  On arracha les pierres avec les mains. Enfin la lampe de poche permit d’entre-apercevoir un espace sous la cour, une sorte de cave.

Le tunnel ! Non la prison ! Non le trésor !!!

L’excitation redoubla. Enfin le trou était assez grand pour un enfant. Notre fils voulut bien évidemment aller voir. Pas question ! S’il devait disparaître comme la barre à mine!!!  On élargit encore très impatients. Enfin Jacques se faufila avec prudence.

Notre déception a été à la mesure de nos efforts….. Nous avions découvert une fosse sceptique.

Il nous restait plus qu’à remplir de tonnes de sac de terre cet espace gigantesque . Notre sapin ravi de cet humus prit tellement d’ampleur que nous dûmes le couper quelques années plus tard.

Retour au début du thème : « L’aventure du Chantier : coup de foudre ou coup de folie »